L’amendement, co-signé par une cinquantaine de députés et déposé par Hervé NOVELLI, Député de circonscription indre et loire avec Sophie Auconie, Président des Réformateurs libéraux et Secrétaire général adjoint de l’UMP, visant à supprimer la disposition du gouvernement qui prévoie d’augmenter de 5,5% à 19,6% le taux de TVA applicable aux droits d’entrées dans les parcs à thèmes, a été adopté cette après-midi en Commission des Finances.

En tant qu’ancien Ministre du tourisme, Hervé NOVELLI se félicite que la mesure gouvernementale ait été écartée, en estimant que le relèvement du taux de TVA aurait été contradictoire avec :

1/ La volonté du gouvernement de favoriser le départ en vacances des Français, alors que l’on sait que la fréquentation des parcs à thèmes constitue une forme de tourisme privilégiée dans notre pays ;

2/ La position privilégiée de la France, première nation touristique mondiale, en matière de tourisme international ;

3/ Le maintien du taux de TVA à 5,5% dans la restauration, branche fortement liée au tourisme, au même titre que les 130 parcs à thèmes que compte notre pays.

Hervé Novelli et son équipe était très investi dans la lutte contre cette mesure considérée contre productive pour le développement du tourisme et la compétitivité des parcs d’attractions français face à la concurrence européenne et mondiale.

Avec des billets d’avions de moins en moins cher les gens ont tendance à privilégier des destinations qui sont moins chères même si elles sont plus loin. La France reste une destination avec beaucoup d’atouts mais qui subit malgré elle cette globalisation du tourisme.

Grace au maintiens de la TVA à 5,5% pour les parcs d’attractions, le gouvernement espère lutter contre l’augmentation des prix pour les activités touristiques sur le territoire français et ainsi maintenant sa place de première destination touristique au monde.

Bien que l’économie se porte bien et la croissance reprend, le tourisme représente toujours 13% du PIB et est responsable pour 3 millions d’emplois directs et indirects.